Développer l’autonomie chez les enfants | La Petite Crèche  

Blog

Développer l’autonomie chez les enfants

Au fur et à mesure que les enfants grandissent, leur cerveau se développe et absorbe les informations comme une éponge. Cependant, contrairement aux adultes, les enfants n’ont naturellement pas encore développé toutes leurs capacités physiques et mentales, et de ce fait, leur aptitude à être indépendants. Le développement de l'autonomie apporte de nombreux avantages aux enfants. L'un d'eux est de favoriser la confiance en soi pour entreprendre et surmonter les défis de la vie.

Que signifie «autonomie» chez les enfants ?

L’autonomie est la “Liberté de comportement d'un individu, faculté d'agir avec indépendance”. Chez le jeune enfant, il s’agit de sa capacité à agir de son plein gré et à accomplir des tâches sans l'aide d'un adulte. 

Les bienfaits de l'autonomie :

Naturellement, en tant que parents, nous ressentons le besoin de protéger nos enfants, car nous ne souhaitons pas qu'ils se blessent ou qu’ils éprouvent de la douleur. Cependant, il est important d'éviter de les protéger de façon excessive et d'entraver ainsi leurs découvertes. Cela pourrait nuire à leur confiance en soi, et les transformer en enfants craintifs et timides. Bien que nos intentions soient pleines de bonne volonté, nous devons être conscients de nos actions, car elles peuvent influencer les traits de caractère des enfants à mesure qu'ils atteignent l'âge adulte. 

L'autonomie aide votre enfant à affronter et à résoudre les problèmes qui se présentent à lui tout au long de sa vie. Faire face à l'échec lui permet de surmonter les problèmes «en toute sécurité». En conséquence, les enfants développent de la confiance, de l'estime de soi et se sentent plus capables de faire leurs propres choix. Ils assimilent également des valeurs familiales, des normes sociales et des compétences essentielles en cours de route, pour survivre à l'âge adulte. 

Comment encourager l'autonomie ?

Lorsque les enfants apprennent à être autonomes, ils deviendront naturellement des adultes indépendants, grâce aux nouvelles compétences qu'ils acquièrent au cours de l’enfance.

Vous trouverez ci-dessous des exemples et conseils pour guider votre enfant dans le développement de son autonomie au fur et à mesure qu'il grandit, de la naissance à ses 6 ans.

Nourrisson (0-1 an)

À cet âge, les enfants ne sont pas capables d’effectuer des tâches, ni de prendre des décisions. Cependant, nous pouvons les encourager à «participer» à des situations simples comme tenir son biberon par exemple.

Lorsque bébé commence à se déplacer (ramper, marcher…) il n’est déjà plus dans une totale dépendance de l’adulte et commence à faire des choses de lui-même. Il va progressivement se détacher de ses parents pour explorer autour de lui.

Tout-petit (1-3 ans)

Chez le petit enfant, nous parlons d’autonomie comme « autosuffisance », c’est-à-dire les comportements qui permettent de se prendre en charge seul. Cela concerne l’autonomie motrice principalement : les déplacements, l’habillement, l’alimentation, la propreté. Il s’agit alors pour l’enfant de sa capacité à « faire seul » des actes de la vie quotidienne, à prendre une part active. En dehors de ces comportements, l’autonomie se retrouve aussi sur le plan psychologique, à savoir pouvoir jouer seul par exemple, ou même s’endormir seul.

La période de 18 mois à 36 mois est cruciale dans le développement de l’autonomie et de l’estime de soi. C’est à cet âge que l’enfant commence vraiment à vouloir faire des choses par lui-même. Mais il est souvent malhabile, prend du temps à réaliser les tâches, mets ses chaussures à l’envers, etc… c’est dans ces moments-là qu’il a le plus besoin des encouragements de l’adulte, de sentir que ceux-ci croient en lui et lui font confiance. Cela lui permet de renforcer son estime de lui-même et l’encourage à tenter encore et encore jusqu’à y arriver !

Nous pouvons démarrer avec des tâches simples comme ranger leurs jouets dans les bonnes boîtes. Lorsqu'un enfant explore une situation un peu risquée, au lieu de lui dire «N'y vas pas, c'est dangereux! / Attention, tu risques de tomber! », Dites plutôt ceci : « Vas-y mais fais attention, le sol est glissant. » Ces mots l'encouragent à affronter ses peurs tout en introduisant la notion de sécurité. C'est également le moment d'encourager votre enfant avec bienveillance après qu’il ait fait une erreur. Vous êtes le parent et le modèle de l'enfant : vous pouvez montrer à votre enfant comment réaliser la tâche souhaitée. Plusieurs conditions et un accompagnement de l’adulte sont nécessaires pour qu’un enfant commence à « faire seul ». Une phrase phare de Maria Montessori dit d’ailleurs « aide-moi à faire seul », signifiant ainsi qu’un enfant a besoin d’être accompagné et de faire « avec l’adulte » avant de pouvoir faire seul.

Enfant à l’âge de la maternelle (3-6 ans)

les enfants de cet âge ont des choix bien définis ! Encouragez-les à faire leurs propres choix. Par exemple, "porter la chemise rouge ou bleue?" Augmentez la complexité des tâches, comme mettre ses chaussures tout seul. Vous pouvez également encourager votre enfant à effectuer des tâches qu'il n'a jamais faites auparavant.

L'autonomie à La Petite Crèche

À la crèche, notre observation ainsi que les échanges fréquents avec les familles nous permettent de suivre le développement de l’enfant. Nous nous adaptons à son rythme et nous accompagnons ses désirs d’autonomie. Il n’y a pas de règle absolue pour déterminer l’ âge auquel l’enfant doit s’habiller tout seul / manger seul / être propre, etc. C’est l’enfant qui nous montre, et nous le laissons expérimenter librement sa capacité à faire seul ! 

Nous l’accompagnons et restons disponibles dans ses débuts d’autonomie, qui sont parfois chaotiques.

Par exemple, prenons le cas d’un enfant qui veut mettre ses chaussures seul. Nous lui montrons comment faire et le laissons essayer. Nous ne prenons pas les devants en forçant un enfant à mettre ses chaussures seul sous prétexte qu’il est « en âge » de le faire. L’autonomie nécessite des conditions préalables et une maturité affective et psychique de l’enfant. Généralement, les enfants connaissent une ‘période sensible’ pendant laquelle ils veulent faire certaines choses seuls. Nous nous saisissons de ces moments-là pour favoriser leur quête d’autonomie et leur proposer des activités ou tâches qu’ils sont en capacité de faire seuls !

Lorsque le tout petit commence à prendre une part active lors des repas, nous fonctionnons par « double cuillère » : une pour l’adulte, une pour l’enfant. Ainsi, par imitation, et par expérimentation, l’enfant peut tenter d’utiliser la cuillère à sa guise. Même si l'expérience est un peu chaotique, nous le laissons essayer. De cette manière, l’enfant apprend à bien manier sa cuillère et finit par manger seul. Lorsqu’il y parvient, il refuse souvent qu’on l’aide ensuite.

Autres exemples : 

Chaque enfant a un casier où il peut déposer ses affaires. Il a la possibilité de prendre de son propre chef son doudou ou sa tétine, selon ses besoins.

Pour les enfants capables de se moucher seul, nous mettons à disposition à hauteur des boîtes de mouchoirs.

Lors des ateliers libres, l’enfant choisit son activité. En fonction de ses aptitudes, il est guidé par l’adulte dans la réalisation de l'activité. L’enfant range ensuite le matériel à l’endroit où il l’a pris.

Toujours dans le but de développer l’autonomie des enfants et de renforcer leur estime de soi, les enfants ont des responsabilités à la crèche, comme distribuer les bouteilles d’eau à l’ensemble du groupe, par exemple. Ils ont aussi la possibilité de remplir leur propre bouteille d’eau à la fontaine, avec ou sans l’aide de l’adulte.

L’autonomie passe aussi par l’apprentissage de la propreté. Lors du change, l’enfant est actif. Il aide à mettre une nouvelle couche, jette la couche sale à la poubelle, et se lave les mains. En coordination avec la famille de l’enfant pour un apprentissage réussi, nous encourageons l’utilisation du pot ou des toilettes. C’est également le moment où l’enfant pourra s’exercer à s’habiller par lui-même.

Lire aussi : L’acquisition de la propreté

À retenir:

  • Permettez à l'enfant de faire des erreurs. Ne projetez pas vos attentes sur l'enfant et ne vous attendez pas à ce qu'il réussisse dès les premières tentatives. Assurez-vous également de proposer des choix réalistes. 
  • Acceptez que ce soit long et pas toujours parfait.
  • En cas d'échec, encouragez l'enfant à continuer ses efforts.
  • Assurez-vous que la prise de décision ou les tâches sont adaptées à la tranche d'âge de l'enfant et à ses capacités. 
  • N’intervenez pas si ce n’est pas strictement nécessaire, mais soutenez plutôt votre enfant en reconnaissant et en valorisant ses efforts.
  • Offrez des choix à votre enfant, cela lui permettra de le responsabiliser, de prendre ses propres décisions (selon son âge et sa compréhension, bien sûr), et de satisfaire son besoin d’autonomie.
    1. https://complexcareathomeforchildren.com/prepare-your-child/encourage-autonomy/
    2. https://www.cdc.gov/ncbddd/childdevelopment/positiveparenting/infants.html
    3. https://www.goodtherapy.org/blog / comment-les-parents-peuvent-favoriser-l'autonomie-encourager-le-developpement-de-l'enfant-0704184
    4. "Un mot de notre directeur pédagogique… Comment guider l'enfant dans le développement de son autonomie?" par Maria Raphel Lamrani Alaoui, directrice pédagogique du groupe La Petite Ecole.

 

Photo en vedette par Stephen Andrews au Unsplash

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.

Related Posts